Focus - Caliwood : hier, aujourd'hui, demain

  • Gros plan
  • Actualités
image

Date: 

Vendredi, 17 Mars, 2017 - 14:00

 

À l’échelle de l'Amérique latine, Cali, surnommée Caliwood, est une référence importante dans l'histoire du cinéma. Tout a commencé dans les années 1970, avec un groupe de « quelques bons amis » d’une vingtaine d’années, - le «  groupe de Cali » - dans une salle de cinéma du quartier San Fernando. La cinéphilie dans une ville en pleine modernisation les amène de la création d’un ciné-club et d’une revue, Ojo al cine, à la réalisation. Le court métrage Agarrando pueblo, accompagné du texte manifeste « La pornomiseria », sont fondateurs d'un mouvement qui enchaîne courts et longs métrages et qui marque une époque de camaraderie, d’expérimentation, d’esprit critique et de jouissance.

 

Ces quatre éléments continuent de définir les différentes expériences audiovisuelles qui vont avoir lieu dans la ville tropicale du sud-ouest colombien. Dans les années 1990, l'École de communication de l'Université du Valle, est l'épicentre du boom du documentaire, lequel trouve comme espace de diffusion l’émission de télévision Rostros y rastros. Plusieurs générations d'étudiants et de réalisateurs, parmi lesquels Luis Ospina du groupe de Cali, et Óscar Campo, proche du groupe et enseignant à l'École, fabriquent des portraits et des regards fins des transformations sociales et des pratiques artistiques et culturelles de la ville.

 

Si la fiction représente pendant des années un terrain sur lequel très peu s’aventurent, à partir de la fin de la première décennie de ce siècle, dans l'espace académique de l'École - entre autres -, on commence à écrire des scénarios de longs métrages de fiction qui finissent par rencontrer un contexte propice à leur réalisation et à leur circulation internationale.

Cinelatino rendra compte de cette trame dans son focus : du Caliwood d'Andrés Caicedo, Carlos Mayolo, Luis Ospina et Ramiro Arbélaez (ces deux derniers invités du festival) aux talents émergents d'aujourd'hui, en passant par les rétrospectives d'Ospina et d’Óscar Campo et d'une sélection de documentaires de Rostros y rastros. Les récits construits par plusieurs générations de cinéastes, mêlés les uns aux autres, au long de cinq décennies, offrent une radiographie qui s'ouvre de la ville à un pays entier, la Colombie.

 

Une programmation réalisée avec l'inestimable soutien de  La Dirección de Cinematografía del Ministerio de Cultura de Colombia, de La secretaria de cultura de Cali et de Luis Ospina. L'association El Perro que Ladra accompagnera le Focus. 
 

Voici les différents films au programme.

 

 

GROUPE DE CALI

  • TODO COMENZÓ POR EL FIN de Luis Ospina (Colombie, 2015, 3h30)
  • PURA SANGRE de Luis OSPINA (Colombie, 1982, 1h38)
  • ANDRÉS CAICEDO : UNOS POCOS BUENOS AMIGOS de Luis Ospina (Colombie, 1986, 1h26)
  • CALICALABOZO de Jorge Navas (Colombie, 1997, 1h44)
  • NOCHE SIN FORTUNA de Francisco Forbes, Alvaro Cifuentes (Argentine, Colombie, 2010, 1h26)

Programme de courts 1 : grupo de Cali

  • AGARRANDO PUEBLO de Luis Ospina, Carlos Mayolo (Colombie, 1978, 0h27)
  • ANGELITA Y MIGUEL ANGEL de Andrés Caicedo, Carlos Mayolo (Colombie, 1971, 0h26)
  • ANGELITOS EMPANTANADOS (HISTORIAS PARA JOVENCITOS) de Andrés Caicedo, La Rata (Colombie, 1976, 0h20)

Programme de courts 2 : grupo de Cali

  • ASUNCIÓN de Luis Ospina, Carlos Mayolo (Colombie, 1975, 0h15)
  • ¡OIGA VEA! de Luis Ospina, Carlos Mayolo (Colombie, 1972, 0h27)
  • CALI DE PELÍCULA de Luis Ospina, Carlos Mayolo (Colombie, 1973, 0h14)

 

 

LUIS OSPINA POST GRUPO DEL CALI

3 longs-métrages et un court

  • EN BUSCA DE MARÍA de Luis Ospina (1985, 0h15)
  • UN TIGRE DE PAPEL de Luis Ospina (1h54, 2007)
  • NUESTRA PELÍCULA de Luis Ospina (1993, 1h36)
  • LA DESAZÓN SUPREMA: RETRATO INCESANTE DE FERNANDO VALLEJO de Luis Ospina (2003, 1h30)

 

ÓSCAR CAMPO

2 longs-métrages

  • CUERPOS FRÁGILES d’Óscar Campo (2009, 0h52)
  • GARRAS DE ORO : HERIDA ABIERTA EN UN CONTINENTE d’Óscar Campo (2009, 1h26)

Un programme de courts-métrages :

  • RECUERDOS DE SANGRE I (1990)
  • UN ÁNGEL SUBTERRÁNEO (1991, 0h21)
  • LA PRIMERA PIEDRA (2009, 0h25)
  • FERNELL FRANCO: ESCRITURA DE LUCES Y SOMBRAS (1995, 0h25)

 

 

ROSTROS Y RASTROS

2 programmes de courts-métrages :

  • A NOSOTROS NO NOS HA DESCUBIERTO NADIE… de P. Trujillo, C. Castro, A. Bejarano (1992, 0h28)
  • ADIÓS A CALI – AH, DIOSA KALI de Luis Ospina (1990, 0h28)
  • EL DIARIO DE LA PLAZA: LA VIDA AL IMPROVISO d’Antonio Dorado (1999, 0h28)

 

  • PIEL DE GALLINA de C. Espinosa, M. Arroyave (1998, 0h15)
  • SARANDA DE SUEÑOS d’A. Escobar, C. F. Rodriguez (1991, 0h25)
  • URBANIA d’Amanda Rueda (1994, 0h25)

TALENTS ÉMERGENTS

  • SIEMBRA de A. Osorio Rojas, S. Lozano Álvarez (2015, 1h23) - Grand prix Coup de Cœur Cinélatino 2016
  • LOS HONGOS d’Óscar Ruiz Navia (2012, 1h43)
  • LA SIRGA de William Vega (2012, 1h34) - En sélection Quinzaine des réalisateurs en 2012
  • INSIDE d’Andrés Baiz (2012, 1h33)
  • EL PARAMO de Jaime Osorio Márquez (2010, 1h47)
  • LA TERRE ET L’OMBRE de César Acevedo (2015, 1h37) - Caméra d’Or festival de Cannes 2015
  • OSCURO ANIMAL de Felipe Guerrero (2016, 1h47)
  • DESTINOS d’Alexander Giraldo (2016, 1h28)
  • QUE VIVA LA MÚSICA de Carlos Moreno (2015)
  • CHOCÓ de Jhonny Hendrix Hinestroza (2011, 1h20)

 

TALENTS AU FÉMININ

Programme de courts-métrages 1 :

  • ALBA DE UN RECUERDO de Camila Rodríguez Triana (2013, 0h15)
  • SARA de Ingrid Pérez (2014, 0h19)
  • EL SABOR QUE NOS QUEDA de Mónica Bravo (2014, 0h15)
  • MAGNOLIA de Diana Carolina Montenegro (2011, 0h15)

Programme de courts-métrages 2 :

  • ALEN de Natalia Imery Almerio (2012, 0h27)
  • WUEJIA NYI (EL CAMINO DEL VIENTO) de Diana Marcela Torres Llantén (2013, 0h12)
  • ESKWE QUIERE DECIR COLIBRÍ de Mónica María Mondragón Triana (2010, 0h17)
  • LIBERAZIONE de María Alejandra Álvarez (2015, 0h14)
  • Y TODOS VAN A ESTAR de María Isabel Ospina (2008, 0h52)
  • MIGRACIÓN de Marcela Gómez Montoya (2008, 0h24)

 

ANNIVERSAIRE DE CONTRAVIA 

  • Programme de courts-métrages produits par la société de production fondée par Oscar Ruiz Navia