La Película n°7: Croyances à l'écran

  • 30èmes rencontres (2018)
  • La Pelicula

Le cinéma, en tant que produit culturel, peut refléter le moment historique où il se situe. Le cinéma latino-américain, en tant qu’expression de l’imaginaire collectif d’un continent, témoigne notamment de sa dimension religieuse et spirituelle. Un grand nombre de films latino-américains, et beaucoup d’entre eux programmés à Cinélatino tout au long de ces années, abordent le sujet de la religion et sa capacité à influencer les conduites. Si le fait religieux ne peut être séparé du fait politique, l’évangélisation est avant tout une méthode d’endoctrinement. Des réalisateurs et réalisatrices cherchent à révéler la forte interrelation du cinéma avec les faits religieux, à partir d'esthétiques et d'idéologies variées. C’est ainsi que toute une gamme de films, tous formats confondus, portent sur ce sujet. La Nana ou La sagrada familia, par exemple, constatent que les élites économiques et sociales latino-américaines sont toujours catholiques ; Le crime du père Amaro et Les toilettes du Pape montrent comment la religion sanctifie l’ordre social et économique ; Crónica de un Comité expose les actes de prosélytisme des Témoins de Jehovah, religion qui prospère essentiellement sur la misère et les marges sociales tandis que Cabros de mierda parle du prosélytisme religieux et de la néo-colonisation, les promouvant tous deux dans une logique de soumission. Agnus dei et El Club, entre autres, traitent la question des abus sexuels au sein du clergé… De nombreux films dévoilent les origines transculturelles de l’identité et de la religiosité, ce singulier syncrétisme religieux : Cuestión de fe, Le Christ aveugle, Le Dieu noir et le diable blond, Madeinusa, Fraise et chocolat, La Fiancée du désert. La liste n’est pas exhaustive. Chacun d’entre eux met en avant une réponse populaire à des questions culturelles d’une grande gravité, travestissant toute tentative de compréhension.   
P.O.

BONUS:
Fraise et chocolat (Fresa y chocolate) de Tomás Gutiérrez Alea sera projeté au cinéma American Cosmograph le 23 mars à 15h30
La Fiancée du désert (La novia del desierto) de Cecila Atán et Valeria Pivato sera projeté au cinéma Le Cratère le 25 mars à 16h40 et le 27 mars à 17h30