La Película n°8: « joies » parentales - Benzinho

  • 30èmes rencontres (2018)
  • Actualités
  • La Pelicula

Séance de clôture | Samedi 24 mars 2018 | Gaumont Wilson | 21h

Gustavo pizzi ·  Brésil, uruguay, 2018 ·  1h37

Le deuxième long-métrage de Gustavo Pizzi s’inscrit dans la lignée cinématographique des films brésiliens où la femme est centrale comme Aquarius de Kleber Mendoza Filho (2016) et, dix ans auparavant, Central do Brasil de Walter Salles (1998). Ce n’est pas anodin dans un pays où le machisme a du mal à céder le pas.

Co-écrit par le réalisateur et l’actrice Karine Teles (qui joue le rôle principal d’Irene), le film est nourri de leurs vies réelles et de leurs expériences personnelles parentales. Loin des images d’un Brésil touristique, ce long-métrage se situe dans une petite ville de la banlieue de Rio et l’histoire se déroule dans une famille de la « petite » classe moyenne .

Gustavo Pizzi et Karine Teles veulent montrer des femmes habituellement invisibles, qui ont décidé de se battre pour ne pas exister uniquement en tant que mère.

Dans une esthétique impressionniste, les détails du quotidien foisonnent, inspirés par la vie réelle des deux scénaristes : chacun a quitté très jeune le foyer familial. De là, naissent des émotions subtiles, multiples, complexes. Et l’humour, l’enthousiasme, la joie de vivre.

Un film, qui sans aucun doute rend hommage aux mères, aux pères aussi, mais qui déborde largement le cadre de la famille, loin de toute leçon de morale.

La réalisation de Gustavo Pizzi est très dynamique et enchaîne les scènes avec une grande vivacité. Un vrai plaisir de cinéma pour cette séance de clôture !           

Marie-Françoise Govin

 


La Película n°8 - Samedi 24 mars 2018 : Voir / Télécharger le PDF